Dépistage du risque de l’autisme: Plus de 160 professionnels de santé outillés !  

Pour célébrer la clôture de la semaine de formation des Professionnels de santé au dépistage du risque de l’autisme, l’association Malienne des Parents et Amis des Personnes Autistes « Djiguiya » en collaboration avec le projet WACCBIP (West Africa Center of Cell Biology of Infectious Pathogiens), était le samedi 15 septembre à la Faculté de Médecine et d’Odonto-Stomatologie (FMOS). L’évènement a enregistré la présence de Pr Ouateni Diallo,  vice-recteur de l’Université des Sciences Techniques et des Technologies de Bamako, le représentant de la Direction régionale de la santé, Dr Ibrahim Diallo, du président l’Association des parents autistes,  Bandiougou Gueye, du représentant du projet  WACCBIP, Pr Mahamadou Diakité ainsi que de Dr Modibo Sangaré, enseignant chercheur sur l’autisme à la  FMOS.

 L’autisme est un trouble sévère, son développement précoce se manifeste chez l’enfant avant l’âge de trois ans. Il est caractérisé par un isolement, une perturbation des interactions sociales, des troubles du langage, de la communication non verbale, des activités stéréotypées avec restrictions des intérêts.

Dans son mot de bienvenu, Pr Ouateni dira que l’autisme est un trouble répandu au Mali, mais malheureusement mal connu. « C’est un problème assez préoccupant dans notre société » a-t-il déclaré.

Avant de terminer, il n’a pas manqué de souligner les difficultés que certaines mamans d’enfants autistes endurent dans leur foyer. Occasion saisie par Pr Diallo, d’interpeller les populations face à cette situation.

A sa suite, le représentant du projet WACCBIP se dira fière du travail accompli par le Dr Modibo Sangaré, responsable de recherche sur l’autisme au Mali. Ainsi, après avoir présenté les objectifs de sa structure, il dira que l’une de leurs activités majeures est de travailler sur des pathologies négligées. « L’autisme fait partie de ces maladies » a-t-il précisé.

Parlant des avancées enregistrées par le responsable de la recherche sur l’autisme au Mali, il a noté entre autres, la formation des professionnels de santé ainsi que la mise en place des ambassadeurs pour des fins d’informations et de sensibilisations auprès des populations sur l’autisme.

A son tour, Bandiougou Gueye dira que depuis sa création en janvier 2018, l’association des parents et amis des personnes autistes a participé à toutes les formations initiées dans le cadre de l’autisme.

Selon lui, l’association ne se lassera jamais, dans son combat de vaincre au sein de notre société l’obscurantisme sur l’autisme. Car, dit-il, avoir un enfant autiste est difficile tant au regard de la société que sur la prise en charge sanitaire. « Beaucoup de mères d’enfants autistes sont victimes de divorce » a-t-il décrié.

Pour sa part, le représentant de la Direction régionale de la santé a apprécié l’initiative à sa juste valeur. « Cette formation permettra aux agents des CSCOM de détecter rapidement la pathologie » a-t-il déclaré, tout en remerciant les initiateurs.

Avant de terminer, il a rassuré l’ensemble des acteurs intervenant dans le combat de l’autisme que la direction régionale de la santé ne ménagera pas d’effort pour leur accompagner.

A noter que cette cérémonie a été marquée par la remise symbolique des attestations de reconnaissance aux participants et la présentation des ambassadeurs d’autisme.

Par Moïse Keïta

 

(Visited 10 times, 1 visits today)

About The Author

Vous pourriez être intéressé par :

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.