Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté : Journée portes ouvertes couplée à la rentrée académique 2018-2019

Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté a organisé, la semaine dernière, une journée portes ouvertes couplée à la rentrée académique 2018-2019. L’événement a été marqué par des activités de projection en boucle de courts métrages et d’art vidéo, des travaux pratiques des étudiants, du visionnement d’un film de long métrage d’un étudiant terminaliste, des prestations de musique moderne et traditionnelle, des scènes de chorégraphie, une exposition d’œuvres des étudiants d’arts patristiques et de design.

La cérémonie était placée sous la présidence de la ministre de la Culture, N’Diaye Ramatoulaye Diallo, en présence de l’ancien Premier ministre, Moussa Mara ; du ministre de l’Education nationale et du directeur général du Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté, Bourama Fofana.

Mme le ministre de la Culture, N’Diaye Ramatoulaye Diallo, a rappelé que, depuis 2013, le Conservatoire Balla Fasséké Kouyaté assure l’approfondissement de la formation artistique et professionnelle des créateurs dans le domaine des arts plastiques, de la musique, de la danse, du théâtre, des métiers multimédia, du design et de l’ingénierie culturelle. Selon elle, l’établissement est l’instrument de l’amplification de notre rayonnement culturel afin de fournir des entrepreneurs culturels audacieux et créatifs, capables de mettre en valeur nos ressources culturelles. N’Diaye Ramatoulaye Diallo dira que présentement, certains diplômés de cet établissement sont devenus des références dans leur domaine et contribuent à faire rayonner l’industrie de notre culture à l’échelle sous-régionale, africaine et internationale.

En dépit des résultats élogieux, la ministre de la Culture a indiqué que le rôle du Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté, dans la mise en valeur et la promotion de la culture malienne, demeure inconnu du plus grand nombre. «Dès lors, il nous a paru nécessaire d’organiser cet évènement afin de présenter l’établissement à certains décideurs, aux partenaires potentiels ainsi qu’au grand public», a-t-elle ajouté.

En outre, N’Diaye Ramatoulaye Diallo a expliqué qu’au cours des dernières années, et sous l’impulsion du président de la République, la vision tantôt exprimée s’est aussi traduite par un soutien politique à l’affirmation de la culture comme facteur de création de richesse et de cohésion sociale, via notamment la littérature, la musique, l’audiovisuel, les spectacles vivants, les arts plastiques, la photographie, le design et un éventail riche de festivals destinés à sauvegarder notre patrimoine culturel et le faire connaître du reste du monde.

Elle a aussi souligné qu’un autre acquis majeur, qui traduit en acte concret l’ambition du gouvernement du Mali de faire de la culture un des leviers du développement de notre pays, est l’application, depuis le 1er juin 2017, de la loi fixant les propriétés littéraires et artistiques, qui permettra aux artistes, enfin, de vivre décemment et dignement de leur travail, et de bénéficier d’une couverture sociale et sanitaire.

À en croire la ministre de la Culture, c’est une avancée importante, qui va directement impacter la carrière professionnelle des talents sortis du Conservatoire Balla Fasséké Kouyaté. Toutefois, N’Diaye Ramatoulaye Diallo dira que «l’arbre ne doit pas cacher la forêt», car son département reste conscient de l’immensité des défis émergeants pour le monde des arts et de la culture.

Dans cette optique, a-t-elle fait savoir, son département a entrepris une réévaluation de notre politique culturelle afin de parvenir à une feuille de route assortie d’objectifs réévalués, ambitieux et mesurables, acceptés de tous les acteurs.

Par ailleurs, la ministre de la Culture a ajouté que cette journée Portes ouvertes, couplée à la rentrée académique 2018-2019, est le lieu de fixer un cap, et de mobiliser toutes les volontés pour réaliser le potentiel de cet établissement.

Selon son directeur général, Bourama Fofana, pour donner une visibilité au Conservatoire en général et aux réalisations faites dans le cadre de ses activités pédagogiques et de partenariat, l’école a voulu donner un éclat particulier à la rentrée académique 2018-2019 par l’organisation de cette activité.

Notons que la journée a été marquée par de nombreuses activités : la projection en boucle de courts métrages et d’art vidéo, des travaux pratiques des étudiants, le visionnement d’un film de long métrage d’un étudiant terminaliste de cette année, des prestations de musique moderne et traditionnelle, des scènes de chorégraphie, une exposition d’œuvres des étudiants d’arts plastiques et de design.

En ce qui concerne la rentrée académique 2018-2019, 62 candidats dont 24 filles et 38 garçons ont été admis à la suite d’un concours. Ce faible taux de recrutement, selon Bourama Fofana, s’explique par la spécificité d’un établissement d’arts où la prise en charge des apprentissages donnés demeure très élevé. Il a invité la ministre de la Culture à trouver une solution auprès du gouvernement pour recruter des professeurs spécialistes en faveur du Conservatoire conformément aux différentes filières de formation qui s’y trouvent.

Créé le 14 juillet 2003, le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté est un établissement d’enseignement supérieur qui assure la formation artistique et professionnelle des créateurs dans le domaine des arts plastiques, de la musique, de la danse, du théâtre, des métiers multimédia, du design et de l’ingénierie culturelle.

Diango COULIBALY

About The Author

Sur le même sujet :

LEAVE YOUR COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook