NOUVELLE RÉBELLION A L’ASSEMBLÉE NATIONALE – Une pétition en cours pour destituer le président Issaka Sidibé et le DAF

Partagez sur :
  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    13
    Partages

Plus rien ne va à l’hémicycle. En effet, plusieurs députés ont signé une pétition pour demander la destitution du président Issaka Sidibé, ainsi que le Directeur administratif et financier de l’institution, Mamoutou Touré dit Bavieux. La colère des frondeurs est, selon, selon nos sources, relative à une affaire de détournement de 6,9 milliards de francs CFA.

Dans une correspondance en date du 24 octobre dernier, le tonitruant et l’irrédentiste Bafotigui Diallo, député élu en commune V du district de Bamako, a demandé au président de l’Assemblée nationale des comptes par rapport aux missions parlementaires et la gestion des fonds de l’institution. Selon l’élu, toutes les missions sont budgétivores, fictives et inutiles.

Le député estime par ailleurs que, quand bien même la Cour constitutionnelle a émis un avis favorable pour la prorogation du mandat des députés à la demande du président de l’Assemblée nationale, aux termes des dispositions constitutionnelles, les députés sont élus pour un mandat de cinq ans. Aussi, ajoute-t-il que cette même loi fondamentale indique que le président de l’Assemblée nationale est élu pour un mandat qui prend fin le 31 décembre 2018. Pour argument, Bafotigui Diallo avance l’arrêt n°2013-12/CC-EL du 31 décembre 2013 portant proclamation des résultats définitifs du deuxième tour de l’élection des députés à l’Assemblée nationale (scrutin du 15 décembre 2013). Il soutient que cela est un sujet qui attendra le 31 décembre 2018 à minuit.
Cette guerre ouverte serait, rapportent des sources bien introduites, partie d’une affaire de 6,9 milliards de FCFA au sein de l’hémicycle.

Aussi, dans l’entendement de l’honorable Diallo et de plusieurs autres de ses camarades, même si le mandat des députés est prorogé par un décret, nulle part il n’est indiqué qu’Issaka Sidibé devrait rester président de l’institution. Ainsi, ils recommandent, au regard de tous les dysfonctionnements relatés plus haut, de changer la direction de l’Assemblée nationale en destituant le président, son DAF et plusieurs autres têtes.

Selon nos sources, Bafotigui Diallo serait soutenu dans cette dynamique par plus de 70 députés qui auraient déjà signé la pétition de destitution d’Issaka Sidibé.

Faut-il rappeler que cette rébellion est la deuxième du genre depuis le démarrage de la législature en cours, en 2013. Une première rébellion avait éclaté en 2017 et aurait emporté Issaka Sidibé et son staff n’eut été la promptitude de Bocari Tréta et de Mahamadou Diarrassouba qui ont réussi à sauver les meubles en ramenant les camarades politiques à des meilleurs sentiments.
Bafotigui Diallo est l’un des ‘’rebelles’’ de cette cinquième législature. Elu sous les couleurs du Rassemblement pour le Mali (RPM), il n’avait pas hésité de jeter sur la place publique certaines casseroles du secrétaire général de son parti d’alors, Bocari Tréta, alors ministre du Développement rural, dans l’affaire dite des ‘’engrais frelatés’’. Assumant publiquement ses prises de position, il critiquait ouvertement le régime en place. Il a fini par claquer la porte du RPM pour se retrouver dans les rangs du parti Yelema de l’ancien Premier ministre Moussa Mara.

Pour sûr, Issaka Sidibé doit manœuvrer de toutes ses forces pour subjuguer cette nouvelle fronde contre lui. Même si cette fois-ci il est sérieusement affaibli et son parti affiche une gueule de bois pas du tout rassurante.

A suivre !
Harber MAIGA

(Visited 76 times, 1 visits today)

About The Author

Sur le même sujet :

LEAVE YOUR COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook