Projet Migrant : une vingtaine de journalistes s’informent sur ses missions

Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet migrant a organisé une séance d’information sur ses l’objectifs à l’intention d’une vingtaine de journalistes maliens. C’était le vendredi 2 novembre 2018 au siège du projet à Badalabougou.

Le «Projet Migrant» est une campagne d’information ayant pour but de sensibiliser les migrants au Mali et ceux en transit en provenance d’autres pays d’Afrique subsaharienne, sur les risques et conséquences de la migration irrégulière vers l’Europe, tels que les dangers de la traversée de la méditerranée, le risque d’être placé en détention dans d’autres pays, d’être victime de réseaux criminels, ou encore, d’être exposé à toutes sortes d’abus, particulièrement les femmes et les mineurs. Le projet Migrant fournit également des informations concernant les alternatives à la migration irrégulière.

À cet effet, le bureau du «Projet Migrant» au Mali a décidé d’organiser une telle rencontre d’information sur la thématique de la migration clandestine au bénéfice des journalistes afin que ceux-ci maximisent leurs connaissances sur la question de l’heure.

La séance était présidée par le coordinateur du projet au Mali, Dr. Bréhima Ely Dicko, sociologue, non moins chef du département de la Sociologie de l’Université de Bamako, qui était en compagnie de la chargée de liaison entre les médias et le projet, Mme Aminata Boré, communicante.

Au cours des échanges, le coordinateur du projet au Mali, Dr. Dicko, a expliqué que leur mission est d’aider les gens à mieux comprendre leur option et à prendre des décisions fondées sur des informations fiables. Pour ce faire, a-t-il souligné, le projet Migrant met à disposition des migrants des informations sur plusieurs plateformes internet et une assistance téléphonique, où les migrants peuvent parler de manière confidentielle avec les conseillers du projet. Ces derniers vont également à la rencontre des migrants sur le terrain.

Selon Mme Aminata Boré, agent de liaison du projet, en 2017, plus de 3 100 migrants sont morts en essayant de traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortune. Depuis janvier 2018, a-t-elle indiqué, plus de 1000 migrants sont morts en tentant de rejoindre l’Italie, via la Libye. Et 1987 personnes ont perdu la vie ou disparu sur les différentes routes de migration méditerranéennes.
Au sortir de la rencontre, les participants à la séance d’information se sont réjouis d’être suffisamment outillés sur la problématique de la «Migration irrégulière» et les objectifs du «Projet Migrant» au Mali. Ils promettent d’être désormais des partenaires pour le projet afin de mieux vulgariser leur message à l’endroit de leurs cibles.

Il faut préciser que la campagne se concentre sur trois localités du Mali pour une durée de quatre mois : Bamako, Gao et Ménaka.

Ousmane DIAKITE

(Visited 4 times, 1 visits today)

About The Author

Sur le même sujet :

LEAVE YOUR COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook