Environnement et Développement durable au Mali: Des réflexions autour du FEM 7 !

S’est tenu dans la matinée du jeudi 8 novembre 2018 au grand hôtel de Bamako, l’atelier de dialogue national du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre de l’Environnement, Seydou Keïta avec à ses cotés le représentant du FEM.Durant ces deux jours, les participants étaient invités à travailler sur entre autres, les politiques sectorielles, les priorités nationales éligibles au FEM, l’état de mise en œuvre des projets FEM en mettant en évidence les acquis qui peuvent servir de base sur le portefeuille des projets du FEM 7. De même que les leçons à tirer du FEM 6 et les stratégies des domaines d’intervention sur les trois programmes d’impacts du FEM7.

Dans son intervention, M. Keïta a rappelé que cet atelier se tient à un moment charnier marqué par une orientation politique définie dans l’axe 4 du mandant présidentiel sur l’environnement, le changement climatique et le développement durable. L’Occasion fut saisie par lui pour remercier l’ensemble des partenaires qui ont accompagné le département afin de traduire en objectif réalisable dans le cadre de la préservation de l’environnement et des changements climatiques. « Le Fonds Mondial pour l’Environnement s’est engagé de façon substantielle à augmenter les allocations destinées au Mali de plus de 10 millions de dollars » a-t-il déclaré, tout en remerciant particulièrement le FEM pour son soutien au Mali dans le cadre de ses défis de lutte contre les changements climatiques, les polluants organiques persistants, la désertification et le contrôle de l’utilisation du mercure.

Selon lui, grâce à la portée de son action et à son rôle en tant que mécanisme financier des conventions internationales sur les changements climatiques, les polluants organiques persistants et la convention de Minamenta sur le mercure, le FEM apparait aujourd’hui comme un mécanisme performant qui joue un rôle important pour les pays dans leurs défis de tous les jours.

D’après lui malgré la limite des ressources, le FEM est l’une des institutions publiques internationales qui s’implique à trouver des solutions environnementales de portée mondiale au-delà de l’atténuation des effets du changement climatique et sur d’autres thématiques préoccupantes. « Depuis notre adhésion en qualité de pays membre au FEM, le Mali a bénéficié d’un appui technique et financier soutenu à travers l’allocation de ressources, qui lui a permis d’assurer la mise en œuvre de plusieurs projets et programmes nationaux, régionaux et globaux » a-t-il déclaré.

En plus, il dira que le Mali a bénéficié également des allocations destinées aux organisations de la société civile à travers des microfinancements. Parlant des résultats probants engendrés par les ONGs et petits projets bénéficiaires du fonds FEM, il dira que le Mali a été félicité à l’occasion de l’assemblée qui s’est tenue au Vietnam.

Selon lui, les investissements FEM ont connu une nette évolution dans leur mise en œuvre ont couvert les domaines relatifs aux changements climatiques, la lutte contre la désertification des terres et la préservation de la biodiversité. La réalisation de ces projets, dit-il, a permis au Mali de faire face à des enjeux environnementaux prioritaires au plan national et de conforter son leadership au plan régional et international dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques.

En guise de rappel, il dira qu’il a été instruit aux pays suite à la 6ème assemblée du FEM au Vietman d’organiser une concertation élargie à l’ensemble des parties prenantes dénommé dialogue national.

Par Moïse Keïta

(Visited 9 times, 1 visits today)

About The Author

Vous pourriez être intéressé par :

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.