RENTREE SCOLAIRE 2019-2020 AU MALI – près de 2 millions d’enfants privés du droit fondamental à l’Education

Depuis hier, mardi 1er octobre, la rentrée scolaire 2019-2020 est effective sur presque l’ensemble du territoire national du Mali.  Ainsi, plus de 3 millions d’élèves sont attendus au fondamental et plus de 400 mille au niveau de l’enseignement secondaire. Toutefois, au moins 750 écoles restent fermées au nord et au centre du pays, privant ainsi environ 2 millions d’enfants de scolarité. A cela s’ajoutent la menace de grève lancée par certains syndicats d’enseignants et l’absence jusque-là des orientations des admis au Diplôme d’études Fondamentales (DEF) qui, a assuré le ministre de l’Education nationale, ne saurait tarder.

A l’instar des autres établissements publics et privés du cycle fondamental, la rentrée scolaire 2019-2020 a eu lieu hier matin, mardi 1er octobre 2019, au Groupe scolaire «Tom-Touti» de Lafiabougou-Bougoudanin. Comme d’habitude, Mme Sidibé Fanta Sian Traoré et son équipe ont été pris d’assaut avant 7 heures par les parents.

Si certains étaient venus juste s’assurer de l’effectivité de la rentrée et aider les enfants à retrouver leurs classes, les éternels retardataires venaient plutôt pour les inscriptions. «Nous n’étions pas sûr que de la rentrée d’aujourd’hui (hier mardi 1er octobre 2019). C’est quand nous avons vu le ministre à la télévision que nous y avons cru», tente maladroitement un père pour se justifier.

Mais, pour beaucoup, c’est aussi une question d’argent. «Les temps sont très durs», avoue une mère de famille qui souligne que les affaires ne marchent plus beaucoup pour son époux et qu’ils ont des difficultés à faire souvent face aux frais d’inscriptions, d’achat de fournitures et de la tenue scolaire de leurs trois enfants. «Heureusement que la promotrice est très compréhensible. Elle n’est pas insensible aux problèmes des parents d’élèves et fait de son mieux pour nous faciliter la tâche», ajoute-t-elle.

L’autre souci des parents cette année, c’est le déroulement correct de l’année 2019-2020. «Nous consentons tous ces sacrifices pour que nos enfants puissent s’instruire et s’assurer un meilleur avenir. Nous ne souhaitons donc pas que l’année scolaire soit perturbée comme celle qui vient de s’écouler», souhaite une jeune cadre venue accompagner ses deux enfants. La menace des grèves est une inquiétude réellement partagée par tous les parents d’élèves que nous avons rencontrés à Tom-Touti et dans d’autres établissements de la Commune IV du district de Bamako. «Nous espérons que le slogan des autorités en charge de l’éducation scolaire sera cette fois ci : Sauvons l’école malienne au lieu de Sauvons l’année scolaire», espère Salif Diakité, parent d’élèves.

Au moins 750 écoles fermées au nord et au centre, environ 2 millions d’enfants privés de l’Education

Pour le Directeur de Tom-Touti, M. Diango Sissoko, son groupe scolaire compte à la rentrée 235 élèves au premier (218) et au second (17) cycles du fondamental. Très sollicité pour la qualité de l’enseignement dispensé, l’établissement compte aussi un Jardin d’enfants très fréquenté.

Au titre de cette nouvelle année scolaire 2019-2020, plus de 3 millions d’élèves sont attendus au fondamental et plus de 400 mille au niveau de l’enseignement secondaire. Malheureusement, beaucoup d’enfants sont encore privés de leur droit à l’éducation. En effet, selon des sources concordantes, au moins 750 écoles restent fermées au nord et au centre du pays. Et du coup, se sont environ 2 millions d’enfants qui sont privés de scolarité. Une situation liée à l’insécurité entretenue par des groupes d’extrémistes religieux. Et cette menace ne cesse de progresser du nord vers le sud du Mali car, récemment, des villages ont été menacés dans les cercles de Kolokani, Nara et Diéma de ne pas rouvrir les écoles sous peines de répression.

Les parents d’élèves espèrent que le gouvernement tiendra aussi ses engagements à l’égard des syndicats d’enseignement pour éviter au pays le débrayage sauvage qui a failli coûter au pays une année Blanche en 2018-2019. Dans son adresse à l’occasion de cette rentrée, le ministre de l’Education nationale a donné l’assurance que toutes les dispositions sont prises pour une meilleure année scolaire. Tant mieux pour l’avenir du pays !

 

Moussa Bolly

(Visited 11 times, 1 visits today)

About The Author

LE MATIN Le matin - Médias Éditeur du journal Le Matin Journal d’informations générales et d’analyse paraissant les jeudis

Vous pourriez être intéressé par :

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.