ÉTAT ISLAMIQUE : Abou Bakr al-Baghdadi tué en Syrie par les Américains

Le président américain Donald Trump a confirmé la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi, le 27 octobre à Idleb, lors d’une opération américaine. Surnommé «le fantôme» pour sa discrétion, cet Irakien ultra-radical a d’abord été proche d’Al-Qaïda avant d’être l’artisan de la montée en puissance du groupe terroriste. «Abou Bakr al-Baghdadi est mort», a-t-il dit lors d’une allocution depuis la Maison Blanche.

Un «grand nombre» de combattants de l’Etat islamique sont morts dans le raid américain à l’origine de sa mort, selon le président américain. Depuis cinq ans, les Etats-Unis avaient promis une récompense de 25 millions de dollars US en échange de toute information à même d’indiquer le lieu où se trouvait al-Baghdadi.

Il y a un peu plus de cinq ans, Abou Bakr al-Baghdadi devenait le visage de l’organisation État islamique. Le 4 juillet 2014, il se présentait au minbar de la mosquée al-Nouri de Mossoul (nord de l’Irak) pour prononcer un prêche devant un parterre de croyants, entouré de gardes du corps. Aujourd’hui, la mosquée et son célèbre minaret penché ont été rasés et Baghdadi «est mort», a confirmé Donald Trump lors d’une conférence de presse dimanche 27 octobre. La dernière apparition du «calife Ibrahim» remontait au mois d’avril dernier, dans une vidéo de propagande.

Sous son magistère, l’Etat islamique contrôlait 88 000 kilomètres carrés s’étendant de l’ouest de la Syrie à l’est de l’Irak. L’organisation jihadiste impose la loi islamique à près de huit millions de personnes vivant en Irak, en Iran et en Syrie. Le chef de l’Etat islamique était connu dans le monde depuis 2014 après avoir annoncé la création d’un “califat” dans certaines régions d’Irak et de Syrie. Son organisation a commis un certain nombre d’atrocités qui ont fait des milliers de morts dans plusieurs pays.

An aerial view taken on on October 27, 2019 shows the site that was hit by helicopter gunfire which reportedly killed nine people near the northwestern Syrian village of Barisha in the Idlib province along the border with Turkey, where “groups linked to the Islamic State (IS) group” were present, according to a Britain-based war monitor with sources inside Syria. – The helicopters targeted a home and a car on the outskirts of Barisha, the Syrian Observatory for Human Rights said, after US media said IS leader Abu Bakr al-Baghdadi was believed to be dead following a US military raid in the same province. Observatory chief Rami Abdel Rahman said the helicopters likely belonged to the US-led military coalition that has been fighting the extremist group in Syria. (Photo by Omar HAJ KADOUR / AFP)
(Visited 12 times, 1 visits today)

About The Author

LE MATIN Le matin - Médias Éditeur du journal Le Matin Journal d’informations générales et d’analyse paraissant les jeudis

Vous pourriez être intéressé par :

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.