Programme-processus-de-Désarmement-Démobilisation-et-Réinsertion-DDR-accelere-
0

Programme de DDR accéléré : le processus de mise en œuvre du MOC s’achève en fin avril courant

Le Comité de Suivi de l'Accord (CSA) s'est réuni le lundi 15 avril 2019 au Centre régional de l'énergie Solaire (CRES) de Badalabougou, pour les travaux de sa 34ème session ordinaire. Cette importante session présidée par son Président Ahmed Boutache, a enregistré la présence du ministre de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, Lassine Bouaré, des représentants des nations unies et des parties signataires de l'accord pour la paix et la réconciliation nationale.
Tabital Pulaaku 1
0

Face à l’insécurité dans la région de Mopti : Les jeunes de ‘’Tabital Pulaaku’’ et de ‘’Ginna Dogon’’, en communion pour la paix!

Pour tirer la sonnette d’alarme face à la situation sécuritaire et humanitaire dans la région de Mopti, les jeunes des associations TabitalPulaaku et de Ginna Dogon, étaient devant les hommes de média samedi dans la matinée à la Maison de la presse. L’évènement présidé par les présidents de la jeunesse Ginna Dogon, Dramane Yalcouyé, et de la jeunesse TabitalPulaaku, Hama Dicko, a vu la participation de nombreux élus à l’Assemblée Nationale.
trembelement-de-terre-politique-algérien-Abdelaziz-Bouteflika
0

TREMBLEMENT DE TERRE POLITIQUE EN ALGÉRIE : Faut-il craindre des répliques sur le processus de paix au Mali ?

Le mardi 2 avril au soir, le monde entier apprenait par communiqué rendu public par l’Agence officielle algérienne (APS), la démission du Président algérien Abdelaziz Bouteflika de ses fonctions de Président de la République. Il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’avec cette démission, l’Algérie tourne la page de celui qui, depuis vingt (20) ans, a conduit les destinées du pays, bien sûr avec des hauts et des bas.
l’Association-de-la-Jeunesse-pour-la-Démocratie-et-le-Progrès-(AJDP),-commune-V
0

Démarrage des activités 2019 de l’AJDP en commune V : Débat sur le rôle et la responsabilité des jeunes dans la paix et la cohésion sociale

Dans le cadre du démarrage de ses activités pour le compte de cette année, la coordination de l’Association de la Jeunesse pour la Démocratie et le Progrès (AJDP), commune V a organisé à la mairie de ladite commune, une conférence débat pour édifier les jeunes sur leur rôle et responsabilité dans la paix et la cohésion sociale. Ladite conférence était co animée par Ibrahim Coulibaly, de la Commission Vérité Justice Réconciliation (CVJR) et du Président national de l’AJDP, M. Youssouf Maïga.
MIHARI-INDUSTRIE-CULTURELLE-EVENT-MALI-(MICEM)
0

LANCEMENT DE LA MIHARI INDUSTRIE CULTURELLE EVENT MALI (MICEM) : Un nouveau cap vers l’entreprenariat jeunes, la paix et le développement

Dans le cadre de la recherche des voies et moyens pour promouvoir la paix, l’unité nationale, la réconciliation, le développement, notamment la connaissance réciproque des cultures, l’éducation, l’entreprenariat, ainsi que l’innovation et le développement dans notre pays, la Maison des Jeunes de Bamako a servi de cadre le vendredi 1er février 2019, au lancement officiel des activités de la Mihari Industrie Culturelle Event Mali (MICEM).
10 ème session ordinaire du comité de suivie pour l’accord pour la paix et réconciliation du Mali
0

Une nouvelle violation flagrante de l’accord en vue !

Le processus de paix et de réconciliation est en panne depuis plusieurs années dans la mesure où certains protagonistes ne sont pas de bonne foi pour la mise en œuvre de l’Accord. C’est dans ce contexte que le président de cet organe a fait immédiatement une sortie plutôt musclée à l’issue de la 32è session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA).
Crédit photo © Boub´s SiDiBÉ – Kidal : une commune du Mali, dans le cercle et la région de Kidal dont elle constitue la capitale.
0

NOUVELLES MESURES DE SÉCURISATION DE LA VILLE DE KIDAL : la laïcité du Mali remise en cause !

Il n’est un secret pour personne que l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger connait aujourd’hui un véritable obstacle dans sa mise en œuvre à travers la mauvaise foi de certaines parties prenantes du processus. Au-delà de son application, la nouvelle décision portant dispositions générales relatives à la réglementation de certains secteurs de la zone de l’Azawad suscite également une polémique au sein de l’opinion publique nationale. Au regard de tout ceci, il nous parait nécessaire de poser la question de savoir si ces nouvelles mesures de sécurisation ne vont pas remettre en cause le caractère laïque de la République du Mali ?
3e-rapport-du-Centre-Carter-relève-beaucoup-de-lenteur- dans-la-mise-en-œuvre-de-l’Accord-pour-la-Paix-au-#Mali
0

Le 3e rapport du Centre Carter relève beaucoup de lenteur  dans la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix au #Mali

«Des 78 engagements de l’accord, 20 ont été achevés, dont 2 en 2018. Ce qui représente un total de 25%. Soixante pour cent sont à mi-parcours et quinze pour cent n’ont pas été initiés », ont expliqué les responsables du centre Carter. Selon le rapport, les principaux engagements de l’Accord n’ont pas été achevés, et certains restent à être inities. Pus précisément, le Centre Carter a constaté ¼ de l’Accord est complété, néanmoins aucun des quatre volets thématiques essentiels de l’Accord n’est réalisé à plus de la moitié.
Rapport-de-l’Observateur-Indépendant-Sur-la-mise-en-œuvre-de-l’Accord-pour-la-paix-et-la-réconciliation-au-Mali,-issu-du-processus-d’Alger-Evaluation-en-2018—18-février-2019-
0

Rapport de l’Observateur Indépendant Sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger Évaluation en 2018 – 18 février 2019

Ce rapport présente les observations du Centre Carter, l’Observateur indépendant de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger, pour l’année 2018. Le Centre Carter, une organisation non gouvernementale à but non lucratif, a contribué à l’amélioration de la vie des personnes dans plus de 80 pays en résolvant des conflits, en promouvant la démocratie, les droits de l’homme et le développement, en prévenant les maladies et en améliorant les soins de santé mentale. Le Centre Carter a été fondé en 1982 par Jimmy Carter, l’ancien président des Etats-Unis, et Rosalynn Carter, l’ancienne première dame, en partenariat avec l’Université de Emory, et ce, afin de promouvoir la paix et la santé dans le monde.