Communique-Defendons-le-Mali
0

Visite du Premier ministre dans la région de Mopti: La plateforme «DÉFENDONS LE MALI» félicite et remercie le Docteur Boubou CISSE

Engagée aux côtés du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Ministre de l’Économie et des Finances Dr Boubou CISSÉ pour accompagner ses actions et celles du gouvernement qu´il dirige, la plateforme patriotique dirigée par Madame Sidibé Fatoumata Sako, c´est félicité de la visite de plusieurs jours du Chef du gouvernement dans la région sinistrée de Mopti.
Madame Siidibé Fatoumata Sako, Présidente de la plateforme patriotique DÉFENDONS LE MALI et Première Vice-présidente du Parti pour le Développement Économique et la Solidarité (PDES)
0

La plateforme DÉFENDONS LE MALI s’engage aux côtés du Premier ministre Dr BOUBOU CISSÉ

La cérémonie a eu lieu ce mercredi 3 juillet 2019, à la Primature du Mali, sous la présidence effective de monsieur Sidi Mohamed Diawara, Conseiller spécial du Premier ministre, en charge des questions politiques, de madame Sidibé Fatoumata Sako, Président de la plateforme DÉFENDONS LE MALI et des Présidents de plusieurs associations et groupements qui composent la plateforme patriotique «Défendons le Mali».
Photo-officielle-Gouvernement-malien-Koulouba-08-Mai-2019-Ibrahim-Boubacar-Keita-IBK
0

Edito : un attelage bien potelé

Cette liste sortie au premier jour du mois béni de Ramadan, ne balaie pas d’un coup les difficultés, ni les ressentiments d’une partie du peuple contre le régime, mais elle convainc au regard de la manière de son replâtrage, sur la volonté de ‘’Mandé Massa’’ à associer tout le monde dans la gestion du pays. C’est pourquoi, il répétait ces derniers temps cette citation du roi Guézo : « Si tous les fils du royaume venaient par leurs mains assemblées boucher les trous de la jarre percée, le royaume serait sauvé » . La jarre est maintenant bien potelée !
Comment-l’opposition-veut-dépouiller-IBK-de-ses-prérogatives
0

FORMATION DU GOUVERNEMENT : comment l’opposition veut dépouiller IBK de ses prérogatives

à l’impossible le pouvoir n’est pas tenu non plus. Sauf si le président de la République admet ouvertement avoir échoué dans la gouvernance politique du pays, donc prêt à accepter l’humiliant diktat des opposants. Sinon, il est temps qu’IBK s’assume en président élu par les Maliens. Dans, la situation actuelle du Mali, l’appartenance politique est moins importante que la compétence avérée d’un cadre, sa disponibilité à servir la nation avec la plus grande probité morale.