Mali-Rencontre-SoumailaCisse-IbrahimBoubacarKeita-IBK
0

IBK-Soumi après l’appel téléphonique : La rencontre pour le Mali

Le climat politique et social tend vers une décrispation. Le chef de l’État et le chef de file de l’opposition ont entamé depuis longtemps des démarches montrant qu’ils se sont enfin décidés à mettre un peu d’eau dans leur vin et ne songer qu’au Mali où les défis à relever restent nombreux. Soumaila Cissé, candidat malheureux à la présidentielle de 2018, continuait à refuser de reconnaitre la victoire de Ibrahim Boubacar Keita qu’il estimait avoir triché. Plusieurs manifestations ont eu lieu suite auxquelles des démarches ont été entreprises auprès des deux parties notamment celle du chef de file de l’opposition. Cela, afin qu’il songe à mettre de mettre le Mali au-dessus de tout et trouver un terrain d’entente avec le président déclaré officiellement vainqueur et qui n’a d’ailleurs de cesse exprimer sa « main tendue » pour un dialogue démocratique permettant de faire sortir le pays de l’ornière. Une situation occasionnée suite à une crise multidimensionnelle.
IBK-SOUMAILA CISSE
0

DECRISPATION DU CLIMAT POLITIQUE : Le coup de fil du président IBK à Soumaïla Cissé pourra-t-il baisser la tension politique ?

Malgré une cessation temporaire des marches de contestation, force est de reconnaitre que l’opposition politique malienne conteste toujours la réélection du président Ibrahim Boubacar Kéita. Et cela en dépit de la main tendue du président de la République au chef de file de l’opposition, honorable Soumaïla Cissé. Est-ce que le récent entretien téléphonique entre les deux hommes servira à décrisper ce climat sociopolitique tendu entre l’opposition et la majorité ?
Crédit photo © Boub’s SIDIBÉ. Déclaration de candidature de Ibrahim Boubacar Keita pour l’élection Présidentielle malienne de Juillet 2018.
0

DÉCRISPATION : Le président IBK choisi le jour de la Saint-Valentin pour appeler Soumaila Cissé

Pour le malien Lamda téléphoner est un geste du quotidien. Mais lorsqu´il s´agit du Président de la République souveraine et démocratique du Mali, cela peut prendre des proportions, surtout quand il a au bout du fil son challenger malheureux de la dernière échéance électorale, qui selon une certaine presse, ne reconnaitrait pas avoir été battu lors de la présidentielle.Mauvais perdant ? L´histoire nous édifiera.